Rencontre avec Nicole Depagniat, artiste plasticienne, médiatrice artistique, art-thérapeute, coach par les arts, formatrice

Longtemps, j’ai consacré ma vie à l’art ; jusqu’au danger et à l’enfermement. 

Lors d’un séjour en hôpital psychiatrique, je suis entrée en art-thérapie, au plus
profond de la création, entre les mains à la fois fortes et bienveillantes d’une art-thérapeute
qui m’a aidée à m’ouvrir à mes mondes sombres intérieurs et petit à petit à
transformer mes angoisses en formes, complexes, étranges et pourtant guérissantes.

Lentement, quelque chose d’important s’est installé. Une force nouvelle m’a menée à
me former moi aussi à l’art-thérapie et à la médiation artistique : trois années
d’expérimentations, de recherche et d’enseignement à l’INECAT (Institut National
d’Expression, de Création, d’Art et Thérapie), à Paris, durant lesquelles j’ai pris acte
des enjeux de l’art dans son rapport au monde et à la société.
Simultanément, ma création de plasticienne s’est développée, support vivant et
désormais sans cesse renouvelé à mes questionnements. La forme artistique est
devenue pour moi réponse momentanée qui interrogeait à nouveau, et ainsi s’est mis
en place un processus dans lequel s’est inséré peu à peu la présence aux autres, la
présence à l’Autre.
D’où aussi, la nécessité de fonder un lieu particulier, où donner à chacun la
possibilité d’expérimenter (sur) lui-même un processus de création artistique
accompagné, comme un mouvement inédit de rencontre avec soi et de
transformation.
Ainsi, en février 2013, est né ATHANOR, ( Atelier, THérapeutique par les Arts Nouvel
Ordre Recréation), lieu unique en son genre, dédié à la médiation artistique, à l’art-thérapie, et au coaching par les arts, les trois notions étant regroupées sous le terme
« d’art de la sollicitude ».

Son objectif ? Permettre à chacun, quel qu’il soit, d’œuvrer sur lui- même et se recréer, obtenant une autre vision de soi, du monde, et de soi même face au monde, contribuant ainsi à un progressif changement sociétal.
C’est désormais dans cette aventure d’accompagnement, avec ce qu’elle ouvre comme pistes et ce qu’elle interroge que je prends mon inspiration pour faire évoluer
mon travail de plasticienne. Ma propre création artistique progresse vers la recherche
d’un rapprochement symbolique de l’art et de la thérapie au travers de la forme,
faisant mienne cette phrase de Braque « l’art est une blessure qui devient lumière ».
C’est aussi grâce à cette recherche qui se déroule entre mes mains et sur la matière
que mon accompagnement d’art-thérapeute se précise, s’affine et s’approfondit.

Aujourd’hui, je consacre l’art à la vie et ne connais pas de plus grande joie que d’accompagner l’autre dans son propre parcours en création.

Limoges, février 2020

Nicole

(contact direct  : 06 35 20 30 45)

Vos témoignages

5/5
(Envoyez nous votre témoignage)